Troubles du sommeil et ménopause

Plus le temps passe, moins on dort. Mais les femmes sont encore plus touchées pendant la ménopause. Explications.

Des difficultés d'endormissement et un sommeil de mauvaise qualité

Autour de 50 ans, le sommeil peut être perturbé par des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes. Au point parfois de se réveiller plusieurs fois par nuit ou bien très tôt le matin. «  La rupture de l'équilibre hormonal est à l'origine des bouffées de chaleurs , explique Mireille Peyronnet, auteure du Sommeil retrouvé aux éditions Alpen. En fait, c’est dès la périménopause (la période qui précède la ménopause NDLR)  que le sommeil est perturbé par les bouleversements hormonaux. « La diminution progressive du taux d’œstrogènes retentit sur la qualité du sommeil, particulièrement à chaque périodes d'ovulation ».

Le taux de progesterone baisse et n'exerce plus son effet calmant

De plus, le stress augmente car le taux de progesterone baisse et n'exerce plus son effet calmant. «  La fatigue et l'irritabilité s'installent. C'est un moment délicat dans la vie d'une femme, précise Mireille Peyronnet, on observe souvent une prédisposition à l'anxiété ou à la dépression qui altèrent le sommeil (difficulté d'endormissement où réveils nocturnes sans possibilité de se rendormir). Autre aspect à prendre en compte : les saignements, parfois abondants, favorisent l'installation d'une anémie avec carence en fer. Or le fer participe à la régulation du sommeil ! ».

Des solutions naturelles pour soulager

En attendant que le corps s'habitue à ce nouvel équilibre hormonal, voici quelques astuces naturelles qui permettent de favoriser l'endormissement: faire du sport avant 19h00, éviter les écrans, diner léger (lire notre article 8 conseils pour bien dormir) et sachez aussi que des compléments alimentaires à base de plantes sédatives comme la valériane où la mélisse améliorent la qualité du sommeil sans aucun problème d'accoutumance.