Gros dormeurs, petits dormeurs : notre besoin de sommeil est génétique !

Il faudrait dormir 7 heures d’affilée pour être en bonne santé. Mais cela n’est pas si simple. En matière de sommeil, nous ne sommes pas tous égaux. C’est même inscrit dans nos gênes ! Explications.

Le scoop date de 2014 ! Une étude américaine révèle le lien entre génétique et sommeil. Le nombre d’heures dont chaque individu a besoin est prédéfini par nos gènes. Les plus chanceux d’entre nous ont un patrimoine génétique plus avantageux qui leur donne la chance d’avoir un fonctionnement optimal même après une courte nuit. « Cette découverte est intéressante, explique le professeur Yves Dauvilliers, neurologue au CHU de Montpellier, dans la mesure où nous serions donc tous prédéfinis à une certaine durée de sommeil, plus ou moins capables de faire la sieste… bref, que notre patrimoine génétique détermine nos comportements liés au sommeil. Il y a eu plusieurs moyens de le prouver, des jumeaux ont été étudiés, et on a découvert des comportements liés au sommeil similaires. Ensuite, des études ont été faites sur des familles, des similitudes ont été également été observées ».

Malgré les dispositions génétiques, le mode de vie influe sur le sommeil !

Attention, ce n’est pas parce qu’on a le sentiment d’être en forme en dormant peu qu’il faut négliger la qualité de son sommeil ! « Le stress et l'alimentation influent sur notre sommeil, précise le neurologue. L'environnement est le seul facteur sur lequel nous pouvons agir ». D’où l’importance de mettre toutes les chances de son côté en ayant une bonne hygiène de vie : une activité physique régulière dans la journée, une alimentation à base de sucres lents le soir et pas de bruit, pas de lumière trop forte ni d’écran avant de se coucher (lire notre article 8 conseils pour bien dormir).
La légende raconte que Napoléon dormait quatre heures par nuit alors qu’il en fallait onze à Einstein pour réfléchir correctement. Rappelons tout de même que 6 h de sommeil par nuit est le seuil en-dessous duquel, il peut y avoir un retentissement sur la santé selon l’institut national du sommeil et de la vigilance (INSV). Le 22 mars 2019 prochain L’INSV organise sa 19e édition de la journée du sommeil pour sensibiliser à l’importance du sommeil.

En attendant, ne ratez pas, cette semaine, en kiosque, le hors-série sur « Les rêves » du magazine Psychologies, et découvrez dans le cahier spécial « mieux dormir » des conseils et bonnes habitudes à prendre.