« Aucun produit de protection solaire ne permet actuellement de garantir une protection intégrale contre l’ensemble des UV »

L’été approche… avec l’envie de profiter des premiers rayons du soleil ! Attention toutefois à ne pas trop s’exposer ! À l’occasion de la semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau, l’institut national du cancer (l’INCa) fait le bilan et répond à toutes nos interrogations.

Entre 2005 et 2012 le mélanome cutané a augmenté de 2,9 % par an en moyenne chez l’homme et de 1,7 % chez la femme. Comment expliquer cette évolution ?

Cette évolution peut s’expliquer par une augmentation de l’exposition aux rayonnements ultraviolets (UV) solaires au cours des 40 dernières années, et à un recours de plus en plus important aux UV artificiels. En effet, les installations de bronzage artificiel développées dans les années 70-80 ont connu un succès certain auprès des Français. Or, les cabines UV représentent une pratique aussi dangereuse qu'une exposition au soleil sans protection. En effet, une séance de 15 minutes dans une cabine de bronzage en France correspond à une exposition de même durée sur une plage des Caraïbes, sans protection solaire. 

Quelles sont les personnes les plus fragiles ?

Tout le monde est susceptible de développer un cancer de la peau, notamment un mélanome quel que soit l’âge.

Toutefois, nous ne sommes pas tous égaux et certaines personnes sont plus à risque. Il s’agit des personnes qui ont :

- la peau claire, les cheveux blonds ou roux et qui bronzent difficilement ;

- de nombreuses taches de rousseur ;

- de nombreux grains de beauté (≥ 40) ;

- des grains de beauté larges (+ de 5 mm) et irréguliers ;

- des membres de la famille qui ont déjà eu un mélanome ;

- eu des coups de soleil sévères pendant l’enfance ou l’adolescence ;

- vécu longtemps dans un pays avec une forte exposition solaire ;

- un mode de vie (profession ou activité de loisir) qui donne lieu à des expositions solaires intenses.

Quand doit-on consulter ?

La fréquence de la surveillance doit être évaluée avec un dermatologue qui apprendra au patient la pratique de l’autoexamen de la peau. Pour les personnes à risque, il est recommandé d’effectuer cet autoexamen tous les 3 mois et de se faire examiner par un dermatologue tous les ans.

Un examen régulier de la peau et, contre le mélanome, la surveillance des grains de beauté sont les meilleures façons de détecter un cancer cutané dès son apparition.

• Il faut particulièrement être vigilant dans les cas suivants :

- une nouvelle tâche brune qui apparaît ;

- un grain de beauté différent des autres ou qui change d’aspect : gardez à l’esprit la règle « ABCDE » :

- asymétrie : grain de beauté de forme ni ronde ni ovale et dont les couleurs et les reliefs ne sont pas régulièrement répartis autour de son centre ;

- bords irréguliers : bords déchiquetés mal délimités ;

- couleur non homogène : présence désordonnée de plusieurs couleurs (noir, bleu, marron, rouge ou blanc) ;

- diamètre en augmentation : une lésion susceptible d’être un mélanome a généralement une taille supérieure à 6mm ;

- évolution : changement rapide de taille, de forme, de couleur ou d’épaisseur.

• Il faut également être attentif à l’apparition de signes comme :

- une plaie qui ne guérit pas ;

- un bouton ou une croûte qui persiste ou s’étend.

La présence d’un ou plusieurs de ces signes ne signifie pas forcément la présence d’un mélanome mais justifie de demander un avis médical sans attendre. 

Quels sont les différents types de cancer ?

Il existe deux grands types de cancers de la peau : les carcinomes et les mélanomes.

Les carcinomes sont les cancers de la peau les plus fréquents. Ils surviennent généralement après l'âge de 50 ans, sur les zones découvertes du corps (visage, cou, épaules, avant-bras, jambes…). Ils sont le plus souvent dus à une exposition au soleil excessive et chronique.
Les carcinomes sont facilement guérissables dans la majorité des cas. Néanmoins, certains d’entre eux, appelés « carcinomes épidermoïdes », peuvent entraîner des lésions à distance (métastases) s’ils ne sont pas retirés à temps. Ainsi, une plaie qui ne cicatrise pas ou un bouton/une croûte qui persiste et/ou se modifie, doivent vous conduire à demander un avis médica

Le mélanome cutané est beaucoup plus rare que le carcinome mais c’est le plus grave des cancers de la peau, du fait de son « haut potentiel métastatique », c'est-à-dire de sa capacité à se propager rapidement à d'autres parties du corps. Le mélanome peut se situer n'importe où sur le corps, y compris sur le cuir chevelu. On le trouve assez fréquemment sur le tronc chez l'homme et sur les jambes chez la femme.
Il peut se manifester de deux façons :
- par l'apparition d'une petite tache pigmentée sur une peau saine (cas le plus fréquent) ;
- par la modification d'un grain de beauté préexistant.

Suis-je vraiment protégé avec une crème « écran total » ? Quelles sont les précautions à prendre ?

Comme le précise l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), aucun produit de protection solaire ne permet actuellement de garantir une protection intégrale contre l’ensemble des UV.

Une bonne protection contre les effets délétères du rayonnement ultraviolet nécessite de respecter au préalable quelques règles générales de sécurité à l’égard des expositions solaires.

Les quatre précautions à prendre en matière de prévention solaire sont les suivantes :

- éviter de s’exposer au soleil au milieu de la journée (entre 12h et 16h) ;

- rechercher l’ombre ;

- sortir couvert (chapeau, lunettes et vêtements couvrants) ;

- renouveler l’application d’une protection solaire toutes les 2 heures.

L’Institut national du cancer propose un dépliant d’information « Détection du mélanome : apprendre à surveiller sa peau ». 

Quelles sont les mesures de sensibilisation prises durant cette semaine de prévention ?

Cette semaine, organisée par le syndicat des dermatologues et vénérologues (SNDV), est l’occasion de sensibiliser les populations les plus à risque et d’insister sur l’importance d’un suivi dermatologique. Durant cette semaine l’accent est porté à la fois sur le dépistage gratuit et les solutions de prévention en matière de cancer.

Pendant 5 jours, tout le monde pourra bénéficier de consultations entièrement gratuites chez un dermatologue et ainsi obtenir un diagnostic. Pour bénéficier d’un dépistage gratuit, il suffit de se rendre sur le site de la semaine de prévention et d’effectuer une demande de rendez-vous.

Cette semaine a pour objectif d’offrir des solutions afin de prévenir des cancers de la peau : prévenir des comportements à risque, de l'exposition aux rayonnements UV solaires, naturels ou artificiels, mais aussi sensibiliser à la pratique de l’autosurveillance.