« Troubles du sommeil, un risque pour la santé bucco-dentaire. »

Le bruxisme ? Quesako ? C’est le grincement et/ou le serrement des dents durant la nuit, de façon incontrôlée, ce qui peut fortement troubler le sommeil. Le phénomène est tel chez certains que cela peut affecter leurs dents et en conséquence leur sourire. Globalement, le bruxisme peut nuire à la santé générale. Explications.  

On en parle peu… et pourtant, le bruxisme concerne 10 à 15 % des Français. « Il existe deux types de bruxisme, explique le Dr Emmanuel d’Incau, Docteur en chirurgie dentaire en Nouvelle Aquitaine, praticien hospitalier au CHU de Bordeaux et membre de l'Association dentaire française (ADF). L’un désigne le grincement intempestif des dents du bas contre celles du haut ; l'autre le serrement continu des mâchoires, c'est-à-dire le fait de contracter les muscles manducateurs en dehors de l'action de mastication requise au moment des repas par exemple (activité parafonctionnelle). »
Dans les deux cas, les symptômes se manifestent le plus souvent la nuit. Et c’est bien là le problème ! Comme il dort, le bruxomane ne se rend pas compte de sa pathologie. « Il y a des signes d’alerte, précise le Dr Emmanuel d’Incau, des douleurs dans les mâchoires, dans les joues, dans les tempes, en avant de l'oreille, surtout au réveil, et une usure accélérée de la surface dentaire. » Des signaux qu’il faut prendre au sérieux. Le conjoint, qui entend les grincements de dents, peut aussi alerter la personne concernée. « C’est une pathologie à ne pas négliger, car les risques pour la santé bucco-dentaire sont nombreux. Le phénomène provoque une usure accélérée des dents et donc une hypersensibilité dentaire (au chaud, au froid, etc.), et peut engendrer dans certains cas le déchaussement voire la fracture de dents, la perte des tissus dentaires (émail, dentine et pulpe), des dégâts sur les gencives et les articulations temporo-mandibulaires, des douleurs articulaires et musculaires, des douleurs cervicales et des maux de tête. »

Plusieurs solutions sont proposées au patient qui souffre de bruxisme : « Il est possible de limiter ou de prévenir les effets des grincements (sur les dents naturelles ou sur les prothèses) en utilisant des orthèses orales (appelées aussi "gouttières", elles coûtent environ 160 € et sont remboursées par la Sécurité sociale après demande d'entente préalable). Ces dernières protègent les arcades dentaires. Si les destructions dentaires sont importantes (et qu’elles sont sources de problèmes infectieux ou esthétiques), il faudra envisager des restaurations par prothèses fixées. Le recours à la toxine botulique pour relâcher les tensions des muscles manducateurs peut également être envisagé, en cas de douleurs très importantes. Dans certains cas, un traitement orthodontique peut être proposé pour optimiser le positionnement des dents. »

On s’interroge encore sur les causes exactes de cette pathologie. Selon un article du Journal de parodontologie & d'implantologie orale, « le bruxisme serait l'expression de l'anxiété, des difficultés rencontrées dans la vie ou encore des frustrations ressenties »
Dans tous les cas, les moyens de prévention restent des « grands classiques » : avoir une bonne hygiène de vie, manger équilibré et pratiquer une activité physique régulière.