Les nouvelles sexualités : seniors, apps de rencontre, quels impacts sur la vie intime ?

Avec l’arrivée d’Internet et les progrès médicaux, le paysage de la sexualité s’est métamorphosé, notamment pour les seniors. Passé 60 ans, plus question de se mettre en retraite sous la couette !

« Au-delà de 70 ans, 54 % des hommes et 31 % des femmes déclarent avoir une activité sexuelle. »

Contrairement aux idées reçues, la ménopause ne signe pas l’arrêt du désir. Et l’arrivée du Viagra pour lutter contre les pannes sexuelles liées au vieillissement a été une vraie révolution. Ajoutez à cela l’arrivée d’internet qui a radicalement modifié les relations humaines et les modes de rencontres. En 50 ans, la sexualité des seniors a complètement évolué.

En 1970, le rapport Simon1 montrait qu’à peine plus de la moitié des plus de 50 ans avaient eu des relations sexuelles dans les douze derniers mois. Le chiffre tombait à 37 % des femmes et 53 % des hommes pour la période couvrant les quatre semaines précédant l’enquête statistique.

Des études plus récentes montrent que désormais 9 seniors en couple sur 10 ont eu des rapports au cours de l'année écoulée2. En 2015, la National Survey of Sexual Attitudes and Lifestyles (NATSAL), publiée dans le journal britannique Archives of Sexual Behavior allait dans le même sens3. L'étude montrait qu’au-delà de 70 ans, la vie amoureuse se poursuivait : 54 % des hommes et 31 % des femmes déclaraient avoir une activité sexuelle.

« La durée de la période sexuellement active s’est prolongée et la fréquence des rapports s’est accrue »

« Si l'on constate que la durée de la période sexuellement active s’est nettement prolongée et que la fréquence des rapports a augmenté, le mode de relation a lui également évolué » explique le docteur Antoine Faix, urologue à Montpellier, responsable du Comité d’andrologie et de médecine sexuelle de l’Association française d’urologie (AFU).

Pour lui, l’arrivée de traitements efficaces contre la dysfonction érectile a libéré la parole chez les patients : « Les hommes – y compris les plus âgés – n’hésitent plus à aborder le sujet en consultation. Cela a également obligé les médecins à se former et à s’informer pour apprendre à prescrire de nouvelles molécules et à accompagner les couples demandeurs d’une aide thérapeutique dans ce domaine. » Du côté des femmes, on aborde aussi la sexualité plus librement. Si la lubrification naturelle est moins abondante après la ménopause, il existe aujourd'hui des traitements naturels pour lutter contre la sécheresse vaginale (cf. notre article sécheresse intime et sexualité) et avoir une sexualité épanouie.

« La sexualité est un marqueur de bonne santé. Veiller au bien-être sexuel des seniors, c’est veiller à leur santé »

En 2018, l’Organisation mondiale de la Santé indiquait qu’avoir une sexualité épanouie permettait de vivre plus longtemps. De nos jours, tenir compte de la sexualité fait partie intégrante de la prise en charge de la santé. « Elle est à la fois un élément de diagnostic d’une maladie plus grave (diabète, affection cardiovasculaire, SAOS…) mais aussi une fonction à préserver, explique le docteur Antoine Faix. C’est a fortiori le cas en urologie où de nombreuses pathologies et certains traitements peuvent affecter la vie intime. Face à un senior en consultation, il est de règle de s’intéresser à sa vie intime et d’adapter le traitement en fonction de ses attentes en matière de sexualité. »

« Le net favorise les rencontres chez les seniors aussi ! »

« Aujourd’hui, chercher l’amour sur internet n’est plus tabou, ni pour les jeunes ni pour les anciens » constate le praticien. Bien au contraire, c’est à la mode. Il y a encore 20-30 ans, la principale cause de solitude chez les seniors était le veuvage. Les divorces et séparations sont beaucoup plus fréquents de nos jours et le nombre de seniors seuls désireux de débuter une nouvelle vie sentimentale est en croissance. Pour trouver chaussure à son pied, le clic d’ordinateur a bien souvent remplacé le thé dansant !

1 https://journals.openedition.org/gss/2165

Enquête sur le « Contexte de la Sexualité en France » (enquête CSF), menée entre octobre 2005 et mars 2006 à l'initiative de l'Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales.

https://www.lshtm.ac.uk/research/centres-projects-groups/natsal