Livraison gratuite
Livraison gratuite dès 50€
Expéditions rapides
Commandes expédiés en 24h
Paiement sécurisé
Paiements sécurisés
Conseils personnalisés
Conseils personnalisés

Qu’est-ce que le syndrome prémenstruel ou SPM ?

Regles douloureuses

Comme tous les mois, vos règles reviennent. Ce satané cycle menstruel vous fait déjà frissonner. Vous avez encore 14 jours avant vos règles, mais déjà vous avez les seins douloureux, le moral en berne et le sommeil morcelé. Comme la majorité des femmes en âge de procréer, vous souffrez du syndrome prémenstruel. Parfois confondus avec les symptômes de la ménopause, ceux du syndrome prémenstruel vous accompagnent cycle après cycle, et parfois dès l’adolescence. Qu’est-ce que ce syndrome ? D’où vient-il ? Comment le dominer ? Toutes les réponses à ces questions, et bien d’autres, dans cet article.

Qu’est-ce que le syndrome prémenstruel ?

Le syndrome prémenstruel est constitué d’un ensemble de symptômes désagréables apparaissant avant les règles. Il se manifeste entre 2 et 14 jours avant l’arrivée de vos règles, soit pendant la deuxième moitié de votre cycle. Il disparaît dans les 48 heures qui suivent le début des règles. Ses manifestations sont tellement polymorphes qu’aujourd’hui encore, il est difficile de la définir précisément.

Le saviez-vous ? Le syndrome prémenstruel ou SPM atteint jusqu’à 50 % des femmes en âge de procréer.

Quelles sont les causes du syndrome prémenstruel ?

Les causes du syndrome prémenstruel sont assez mal connues. Toutefois, la littérature médicale indique qu’elles sont plurielles. Les hormones figurent parmi les premières accusées, mais elles ne seraient pas les seules en cause.

Selon les données médicales les plus sérieuses, le syndrome prémenstruel serait engendré ou majoré par :

  • les fluctuations hormonales subies par votre corps pendant votre cycle ;
  • votre profil génétique ;
  • une carence ou un déficit en sérotonine ;
  • une carence ou un déficit en magnésium et/ou en calcium.

Certains éléments extérieurs, s’ils ne déclenchent pas le syndrome prémenstruel, peuvent aggraver les symptômes. Il s’agit notamment du tabagisme, de la sédentarité, du stress, de la malbouffe et de certains médicaments.

Quels sont les symptômes du syndrome prémenstruel ?

Les symptômes du SPM sont très polymorphes. Ils affectent toutes les sphères de votre organisme. Pour plus de facilité, la littérature médicale classe les symptômes du syndrome prémenstruel en 3 catégories : physiques, psychiques et comportementaux. Détails.

Des symptômes physiques

Les symptômes physiques du SPM sont généralement les plus faciles à détecter. S’ils restent assez peu typiques, ils causent une gêne physique réelle. Les symptômes physiques les plus communs sont :

  • les tensions et douleurs mammaires ;
  • les céphalées ;
  • les crampes abdominales ;
  • la rétention d’eau ;
  • les problèmes de peau.

Des symptômes psychiques

Les symptômes psychiques sont difficiles à cerner. Ils sont peu typiques. Ils passent donc assez facilement pour d’autres problèmes. Seule la périodicité permet un vrai diagnostic. Les symptômes psychiques les plus courants sont :

  • les troubles de l’humeur ;
  • la dépression ;
  • l’anxiété ;
  • l’irritabilité ;
  • l’hypersensibilité.

Des symptômes comportementaux

Moins connus, les symptômes comportementaux du syndrome prémenstruel n’en sont pas pour le moins handicapants. Ce sont eux qui affectent le plus la vie des femmes. Les symptômes comportementaux les plus cités sont :

  • le manque de motivation ;
  • le manque de concentration ;
  • le repli sur soi ;
  • les troubles sexuels (souvent le manque de libido) ;
  • l’augmentation ou la perte d’appétit.

Des conséquences parfois handicapantes

Les symptômes liés au SPM sont nombreux. Ils sont aussi très variés. Votre corps est mis à rude épreuve. Pas étonnant que certaines d’entre vous aient du mal à exercer correctement leur travail.

Les symptômes du syndrome prémenstruel entraînent aussi des tensions sociales ou familiales. Difficile d’expliquer votre malaise alors que vous êtes irritable, fatiguée et hypersensible. Dans certains couples, la baisse de libido et/ou la fatigue sont aussi des sujets de tension, voire de dispute. 

Le saviez-vous ? La littérature médicale dénombre plus de 200 symptômes imputables, en tout ou en partie, au syndrome prémenstruel.

Quelles sont les différences entre le syndrome prémenstruel et le trouble dysphorique prémenstruel ?

Si la littérature médicale admet que 50 % environ des femmes en âge de procréer souffrent d’un syndrome prémenstruel, elle admet également que leur intensité est très variable. C’est pour cela que la médecine a défini le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM) pour qualifier les formes de syndrome prémenstruel graves. Le SPM entre dans cette catégorie quand les symptômes sont tels qu’ils empêchent les femmes d’avoir une vie « normale ».

Le saviez-vous ? Le trouble dysphorique prémenstruel touche approximativement 5 % des femmes.

Quels sont les traitements possibles du syndrome prémenstruel ?

Le syndrome prémenstruel perturbe la vie de nombreuses femmes. Pourtant, ce n’est pas une fatalité. S’il n’existe aucun traitement précis pour en guérir, de multiples options s’offrent à vous pour diminuer son intensité.

L’hygiène de vie : votre premier traitement

La médecine a encore beaucoup de choses à découvrir sur les troubles du cycle menstruel et le syndrome prémenstruel en fait partie. Toutefois, il semble que l’hygiène de vie figure parmi les facteurs aggravants. Dès lors, certaines dispositions permettent de réduire les symptômes :

  • une alimentation équilibrée ;
  • une alimentation riche en oméga 3, en magnésium et en vitamine B6 ;
  • la pratique régulière d’un exercice ;
  • l’éviction du tabac, de l’alcool et de la caféine ;
  • un repos suffisant.

Des plantes pour vous soulager

Avec un SPM léger à modéré, certaines plantes apportent déjà du soulagement. La plus populaire est le gattilier, dont l’efficacité a été prouvée. Cette plante travaille sur l’équilibre du cycle féminin. Vous pouvez aussi vous tourner vers des plantes qui ont un effet sur l’humeur :

  • la valériane ;
  • le millepertuis ;
  • la mélisse ;
  • la passiflore.

Des traitements médicaux, votre dernier recours

Si vraiment votre SPM est trop intense, votre médecin peut envisager avec vous des traitements allopathiques :

  • antalgiques ou analgésiques pour la douleur ;
  • anxiolytiques ou antidépresseurs pour le moral ;
  • hormones pour un traitement plus global.

Le syndrome prémenstruel est un ensemble de symptômes qui affecte les femmes durant la deuxième partie de leur cycle. Il peut être léger ou vraiment handicapant, dans ce cas, il revêt le nom de trouble dysphorique prémenstruel. S’il n’existe pas de traitement spécifique, la plupart des symptômes peuvent être améliorés avec l’hygiène de vie, les plantes ou les médicaments. Dans tous les cas, sachez que souffrir tous les mois n’est pas normal. Consultez un médecin.

Service client : 01 43 43 44 45

Du lundi au jeudi de 9h à 18h
Le vendredi de 9h à 17h30

Livraison gratuite
Dès 50€ d'achat
Votre commande expédiée dans les 24h
Paiements sécurisés
Droit de rétractation
Conseils personnalisés
Dergam

Depuis plus de 30 ans, les Laboratoires Dergam développent des compléments alimentaires de haute qualité en gynécologie, ophtalmologie et bien-être.

© Laboratoire Dergam 2022 - Création iPaoo