Le safran pourrait aider les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

Des chercheurs italiens et iraniens viennent de publier une synthèse de 24 études démontrant l’action du safran sur les troubles cognitifs liés à la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative chronique qui s’installe en général de manière progressive, et s’aggrave avec le temps. Le stress chronique et un niveau élevé de glucocorticoïdes sont connus pour jouer un rôle clef dans les fonctions cognitives, notamment dans l’apprentissage et la mémoire.

Récemment, des études précliniques et cliniques récentes ont exploré le possible lien entre stress chronique, déclin cognitif et développement de la maladie d’Alzheimer.

Des études sur l’animal puis sur l’homme ont ainsi démontré que le safran, via son principa actif majeure la crocine, pourrait aider à lutter contre le dysfonctionnement cognitif chronique lié au stress, et ralentir le déclin cognitif de la maladie d’Alzheimer. Entre autres, les effets antioxydants, anti-inflammatoires et la promotion des effets de plasticité synaptique liés au safran font partie des mécanismes qui pourraient expliquer les effets neuroprotecteurs de cet ingrédient.

L'objectif de l’étude récemment publiée était d'examiner les preuves et les mécanismes des résultats thérapeutiques induits par le safran et des bénéfices cognitifs mesurables dans la maladie d’Alzheimer. La littérature a été passée en revue et les études précliniques et cliniques ont été identifiées. Les études cliniques et précliniques ont été sélectionnées en fonction de ces critères :

-          développement du profil pharmacologique du safran sur des critères biologiques ou biophysiques

-          évaluation de l'efficacité du safran en utilisant des modèle de la maladie d’Alzheimer

-          durée des études d'au moins 3 mois.

Les études portaient sur des patients âgés d’au moins 60 ans, ayant été diagnostiqués selon les critères du National Institute on Aging-Alzheimer's Association (NIAAA). Un total de 1477 études publiées jusqu'en novembre 2020 a été identifié au cours d'une phase initiale, dont 24 répondaient aux critères d'inclusion et ont été sélectionnées pour cet article. Dix-sept études précliniques in vitro et in vivo ont décrit l'efficacité du safran sur les troubles cognitifs dans des modèles animaux de la MA, soulignant que la crocine semble être capable de réguler les niveaux de glutamate, de réduire le stress oxydatif et de moduler l'agrégation des protéines incriminées. Seules quatre études cliniques ont indiqué que les effets du safran sur les troubles cognitifs ne différaient pas de ceux produits par le donépézil et la mémantine, mais qu'il présentait un meilleur profil de sécurité.

Ces nouvelles preuves récentes semblent démontrer que le safran, et sa principale composante la crocine, pourraient être des actifs prometteurs pour améliorer les mécanismes cognitifs dans la maladie d’Alzheimer et les troubles liés au stress chronique.

Crocus sativus L. (Saffron) in Alzheimer's disease treatment: bioactive effects on cognitive impairmentGrazia D'Onofrio , Seyed Mohammad Nabavi , Daniele Sancarlo , Antonio Greco , Stefano Pieretti

Current Neuropharmacology, 13 janvier 2021